BSA SHOP: La Passion du BodyBuilding & de la Nutrition !

[flash(400,150)]http://sd-1.archive-host.com/membres/up/37821634957680146/deco/
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Protéines et Santé de Reins

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Power and Strength

avatar

Messages : 170
Réputation : 0
Date d'inscription : 07/12/2011
Localisation : Belgium

MessageSujet: Protéines et Santé de Reins   Sam 24 Déc 2011, 8:10 am

Pour cette histoire de protéine et de rein chez le sujet sain, aucune études sérieuses ne permet aujourd'hui de conclure un quelconque lien entre une diète riche en protéine et une perturbation de la fonction rénale.

Citation:
Dietary protein intake and renal function.

Martin WF, Armstrong LE, Rodriguez NR.

Department of Nutritional Sciences, University of Connecticut, Storrs, CT, USA. William.martin@uconn.edu

Recent trends in weight loss diets have led to a substantial increase in protein intake by individuals. As a result, the safety of habitually consuming dietary protein in excess of recommended intakes has been questioned. In particular, there is concern that high protein intake may promote renal damage by chronically increasing glomerular pressure and hyperfiltration. There is, however, a serious question as to whether there is significant evidence to support this relationship in healthy individuals. In fact, some studies suggest that hyperfiltration, the purported mechanism for renal damage, is a normal adaptative mechanism that occurs in response to several physiological conditions. This paper reviews the available evidence that increased dietary protein intake is a health concern in terms of the potential to initiate or promote renal disease. While protein restriction may be appropriate for treatment of existing kidney disease, we find no significant evidence for a detrimental effect of high protein intakes on kidney function in healthy persons after centuries of a high protein Western diet.

http://www.ncbi.nlm.nih.gov/entrez/query.fcgi?BSA SHOP=Retrieve&db=pubmed&dopt=Abstract&list_uids=16174292&query_hl=34&itool=pubmed_docsum


Citation:
The impact of protein intake on renal function decline in women with normal renal function or mild renal insufficiency.

Knight EL, Stampfer MJ, Hankinson SE, Spiegelman D, Curhan GC.

Brigham and Women's Hospital, Harvard Medical School, Boston, Massachusetts, USA. elknight@partners.org

BACKGROUND: In individuals with moderate to severe renal insufficiency, low protein intake may slow renal function decline. However, the long-term impact of protein intake on renal function in persons with normal renal function or mild renal insufficiency is unknown. OBJECTIVE: To determine whether protein intake influences the rate of renal function change in women over an 11-year period. DESIGN: Prospective cohort study. SETTING: Nurses' Health Study. PARTICIPANTS: 1624 women enrolled in the Nurses' Health Study who were 42 to 68 years of age in 1989 and gave blood samples in 1989 and 2000. Ninety-eight percent of women were white, and 1% were African American. MEASUREMENTS: Protein intake was measured in 1990 and 1994 by using a semi-quantitative food-frequency questionnaire. Creatinine concentration was used to estimate glomerular filtration rate (GFR) and creatinine clearance. RESULTS: In multivariate linear regression analyses, high protein intake was not significantly associated with change in estimated GFR in women with normal renal function (defined as an estimated GFR > or = 80 mL/min per 1.73 m2). Change in estimated GFR in this subgroup over the 11-year period was 0.25 mL/min per 1.73 m2 (95% CI, -0.78 to 1.28 mL/min per 1.73 m2) per 10-g increase in protein intake; the change in estimated GFR was 1.14 mL/min per 1.73 m2 (CI, -3.63 to 5.92 mL/min per 1.73 m2) after measurement-error adjustment for protein intake. In women with mild renal insufficiency (defined as an estimated GFR > 55 mL/min per 1.73 m2 but <80 mL/min per 1.73 m2), protein intake was significantly associated with a change in estimated GFR of -1.69 mL/min per 1.73 m2 (CI, -2.93 to -0.45 mL/min per 1.73 m2) per 10-g increase in protein intake. After measurement-error adjustment, the change in estimated GFR was -7.72 mL/min per 1.73 m2 (CI, -15.52 to 0.08 mL/min per 1.73 m2) per 10-g increase in protein intake, an association of borderline statistical significance. High intake of nondairy animal protein in women with mild renal insufficiency was associated with a significantly greater change in estimated GFR (-1.21 mL/min per 1.73 m2 [CI, -2.34 to -0.33 mL/min per 1.73 m2] per 10-g increase in nondairy animal protein intake). CONCLUSIONS: High protein intake was not associated with renal function decline in women with normal renal function. However, high total protein intake, particularly high intake of nondairy animal protein, may accelerate renal function decline in women with mild renal insufficiency.

http://www.ncbi.nlm.nih.gov/entrez/query.fcgi?BSA SHOP=Retrieve&db=pubmed&dopt=Abstract&list_uids=12639078&query_hl=34&itool=pubmed_DocSum

Citation:
IJSNEM, 10(1), March 2000, Copyright © 2000

Do Regular High Protein Diets Have Potential Health Risks on Kidney Function in Athletes?

Jacques R. Poortmans; Olivier Dellalieux
Full Article Table of Contents for Vol. 10, Iss. 1

Abstract
Excess protein and amino acid intake have been recognized as hazardous potential implications for kidney function, leading to progressive impairment of this organ. It has been suggested in the literature, without clear evidence, that high protein intake by athletes has no harmful consequences on renal function. This study investigated body-builders (BB) and other well-trained athletes (OA) with high and medium protein intake, respectively, in order to shed light on this issue. The athletes underwent a 7-day nutrition record analysis as well as blood sample and urine collection to determine the potential renal consequences of a high protein intake. The data revealed that despite higher plasma concentration of uric acid and calcium, Group BB had renal clearances of creatinine, urea, and albumin that were within the normal range. The nitrogen balance for both groups became positive when daily protein intake exceeded 1.26 g·kg-1 but there were no correlations between protein intake and creatinine clearance, albumin excretion rate, and calcium excretion rate. To conclude, it appears that protein intake under 2.8 g·k-1 does not impair renal function in well-trained athletes as indicated by the measures of renal function used in this study. Key Words: glomerular filtration rate, albumin excretion rate, nitrogen balance

http://www.ncbi.nlm.nih.gov/entrez/query.fcgi?BSA SHOP=Retrieve&db=pubmed&dopt=Abstract&list_uids=10722779&query_hl=63&itool=pubmed_docsum

Les dernières méta-analyses (2005) confirment dans ce sens.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://powerandstrength.forumactif.com/forum
Power and Strength

avatar

Messages : 170
Réputation : 0
Date d'inscription : 07/12/2011
Localisation : Belgium

MessageSujet: Re: Protéines et Santé de Reins   Sam 24 Déc 2011, 8:11 am

http://www.lanutrition.fr/imprim_article.php?article=1415&dossier=266

"Réussir un régime hyperprotéiné
LaNutrition.fr, le 01/03/2007

Vous voulez perdre du poids avec le régime hyperprotéiné. LaNutrition.fr vous donne son avis sur ce régime et des conseils pratiques pour augmenter votre ration de protéines.

Depuis plusieurs années les régimes riches en protéines font l’objet d’une promotion effrénée dans la presse féminine et certains guides de régime. Ces régimes ont souvent été malmenés par les nutritionnistes qui leur reprochent d’être inefficaces à long terme et de représenter un risque pour la santé. Malgré tout, il existe aujourd’hui de nombreuses preuves qu’en mangeant un peu plus de protéines que ce qui est recommandé par les autorités sanitaires, on peut perdre du poids et surtout des graisses corporelles. Les protéines agiraient en augmentant la thermogénèse, c’est-à-dire le nombre de calories brûlées par l’organisme même sans faire d’exercice, et en diminuant l’appétit, ce qui fait qu’avec ce type de régime on consomme moins d’énergie et qu’on en élimine plus. Dans un article récent, il a été estimé qu’en passant d’un régime à 2000 calories par jour (kcal) avec 15% de protéines à un régime composé de 30% de protéines, on perd 23 calories par jour. Ce chiffre peut paraître faible mais à la longue, et combinés à un programme d’exercice, ils entraînent des différences significatives. (1)

Les régimes riches en protéines ont été accusés de favoriser les maladies rénales et l’ostéoporose. En réalité, il n’existe aucune preuve qu’une alimentation riche en protéines soit néfaste pour les reins d’une personne en bonne santé mais il est certain que les diabétiques et les personnes qui souffrent de problèmes rénaux devraient faire preuve de prudence et prendre le conseil d’un médecin. (2) En ce qui concerne l’ostéoporose, le risque est essentiellement lié à la consommation de protéines animales, pas végétales. Ce risque s’explique par le fait que les protéines animales augmentent l’acidité de l’organisme, qui répond en puisant dans le calcium osseux. Mais on peut se mettre à l’abri d’une telle acidose en augmentant sa consommation de fruits et de légumes.

Qu’est-ce qu’un régime riche en protéines ?

En France, les protéines contribuent à environ 15% des calories, soit à peu près 1,2 g de protéines par kg de poids. Dans un régime protéiné, celles-ci représentent 20 à 25%, voire 30% des calories.

Des aliments protéiques ont-ils fait l’objet d’études spécifiques ?

Oui. Nous en avons retenu quelques-unes ci-dessous.

Les haricots
Si vous êtes une personne normale, je veux dire pas déformée professionnellement comme nous le sommes à LaNutrition, vous n’avez jamais entendu parler de la cholécystokinine (CCK). Il s’agit d’une hormone intéressante puisqu’elle est là pour supprimer la faim. Comment avoir plus de CCK ? L’un des moyens à votre disposition, selon des chercheurs de l’université de Californie (Davis), c’est de manger des haricots. Une petite étude (sur huit hommes) a montré que leur niveau de CCK était deux fois plus élevé après avoir mangé un repas avec des haricots qu’après le même repas dans lequel les haricots étaient remplacés par du riz et du lait en poudre. En plus, les haricots freinent la montée du sucre sanguin, donc c’est tout bénéfice pour l’appétit. (3)

Le tofu
Vous n’aimez pas le bœuf, ou simplement vous êtes concernée par le risque possible d’excès de fer si vous en mangiez tous les jours (risque réel pour tous les hommes adultes et pour les femmes de plus de 50 ans) ? Essayez le soja. Le tofu est fabriqué à partir de lait de soja. C’est une source de protéines d’excellente qualité. Des chercheurs de l’université de Louisiane (Bâton Rouge) ont comparé les effets respectifs du tofu et du poulet sur la faim, chez 42 femmes en surpoids. Résultat : celles qui avaient mangé du tofu ont consommé moins de calories au cours du repas qui suivait. (4)

Les oeufs
Demain matin, oubliez vos céréales et faites-vous donc des œufs. Rois des protéines, les œufs sont rassasiants, ils vous aideront à tenir jusqu’au déjeuner – et au-delà. Une étude sur 30 femmes obèses ou en surpoids a montré que celles qui avaient consommé deux œufs brouillés (avec deux toasts et un peu de confiture allégée) ont consommé beaucoup moins de calories au cours des 36 heures suivantes que celles qui avaient eu des céréales (des bagels précisément). (5)

Le boeuf maigre
La leucine est un acide aminé bien représenté dans la viande de boeuf. Dans des expériences chez le rat et la souris, la leucine fait perdre des graisses, pas du muscle. Du coup, 24 femmes en surpoids âgées de 45 à 56 ans se sont prêtées à une expérience de 10 semaines mise au point par l’équipe de Donald Layman à l’université de l’Illinois et financée par la filière « bœuf » américaine. Une partie des femmes a suivi un régime apportant 1700 calories (kcal), ce qui représente un apport énergétique moyen, avec 280 g de bœuf par jour (125 g de protéines par jour, rapport glucides sur protéines égal à 1,4), l’autre a consommé le même nombre de calories, mais avec moins de protéines (65 g de protéines par jour, rapport glucides sur protéines égal à 3,5).
Dans le premier groupe (bœuf), les femmes ont perdu en moyenne 7,5 kg dont une grande partie de graisses corporelles, alors que dans le deuxième groupe, la perte de poids n’atteint pas 7 kg, dont la moitié de graisses seulement. Si le cholestérol a baissé dans les deux groupes, les triglycérides (un facteur de risque cardiovasculaire) n’ont chuté que dans le groupe protéines. (6)


L’avis de LaNutrition
Dans le cadre d’un régime amaigrissant de quelques semaines, LaNutrition conseille de consommer temporairement 20 à 25% de ses calories sous la forme de protéines, en privilégiant les protéines végétales (légumineuses). Pour des apports plus importants, un suivi médical est recommandé, comme il est recommandé dans tous les cas pour les patients diabétiques et les insuffisants rénaux qui souhaiteraient suivre ce type de régime.
LaNutrition conseille de privilégier les protéines végétales parce que certaines études ont trouvé qu’un excès de produits animaux peut augmenter le risque cardiovasculaire et celui de certains cancers digestifs ou liés aux hormones (sein, prostate). Enfin, tout ce qui encourage l’élevage animal pèse sur l’équilibre écologique de la planète.


Quelques bonnes sources de protéines

*
haricots, falafel, pois et lentilles.
*
soja : tofu, tempeh, miso, tonyu (lait de soja).
*
noix, noisettes, amandes et beurre de noix, graines de sésame et de courge, beurre correspondant (tahine)
*
poissons, crustacés, volailles, viandes rouges, abats.
*
oeufs, laitages

Pour savoir quels sont les aliments les plus riches en protéines, consultez notre base de données.

Des suggestions pour augmenter la consommation de protéines sans se lasser

Faites des oeufs durs et utilisez-les le matin au petit déjeuner ainsi que dans vos salades
Essayez le soja deux fois par jour : par exemple un verre de lait de soja le matin (ou en collation), du tofu dans une salade à midi ou le soir
Ajoutez des haricots, pois, lentilles à vos soupes et salades
Ajoutez des dés de volailles à vos soupes, salades et sauces
Ajoutez du thon, du saumon, des sardines à vos plats et vos salades
Incorporez un peu de fromage à vos sauces, omelettes, salades
Consommez des noix, noisettes, amandes chaque jour

Références

(1) Eisenstein J, Roberts SB, Dallal G, Saltzman E: High protein weight loss diets: are they safe and do they work? A review of the experimental and epidemiologic data. Nutr Rev60 :189 –200,2002
(2) Halton TL, Hu FB. The effects of high protein diets on thermogenesis, satiety and weight loss: a critical review. J Am Coll Nutr. 2004 Oct;23(5):373-85.
(3) Bourdon I, Olson B, Backus R, Richter BD, Davis PA, Schneeman BO. Beans, as a source of dietary fiber, increase cholecystokinin and apolipoprotein b48 response to test meals in men. J Nutr. 2001 May;131(5):1485-90.
(4) Williamson DA, Geiselman PJ, Lovejoy J, Greenway F, Volaufova J, Martin CK, Arnett C, Ortego L. Effects of consuming mycoprotein, tofu or chicken upon subsequent eating behaviour, hunger and safety. Appetite. 2006
(5) Vander Wal JS, Marth JM, Khosla P, Jen KL, Dhurandhar NV. Short-term effect of eggs on satiety in overweight and obese subjects. J Am Coll Nutr. 2005 Dec;24(6):510-5.
(6) Layman DK, Boileau RA, Erickson DJ, Painter JE, Shiue H, Sather C, Christou DD. A reduced ratio of dietary carbohydrate to protein improves body composition and blood lipid profiles during weight loss in adult women.
J Nutr. 2003 Feb;133(2):411-7."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://powerandstrength.forumactif.com/forum
Power and Strength

avatar

Messages : 170
Réputation : 0
Date d'inscription : 07/12/2011
Localisation : Belgium

MessageSujet: Re: Protéines et Santé de Reins   Sam 24 Déc 2011, 8:11 am

http://espacecorps-espritforme.over-blog.fr/article-mythes-et-legendes-du-bodybuilding-41049323.html
http://powerandstrength.forumactif.com/espace-corps-esprit-forme-f29/mythes-et-legendes-du-bodybuilding-t978.htm#19539
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://powerandstrength.forumactif.com/forum
GodofFit

avatar

Messages : 66
Réputation : 0
Date d'inscription : 27/04/2012
Age : 26
Localisation : France

MessageSujet: Re: Protéines et Santé de Reins   Jeu 14 Juin 2012, 12:11 pm

Yes!! Aucune étude a démontré aujourd’hui si cela avez un impact sur les reins !! Donc le mythe aussi des prot qui détruise les reins n'est pas vrai !!


__________________________________
Si tu penses à abandonner, souviens-toi pourquoi tu as commencé.

pig pig pig pig

Présentation bientôt un BONUS => http://www.bsa-shop-forum.com/t174-presentation-godoffit
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.facebook.com/VPN.Bro
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Protéines et Santé de Reins   

Revenir en haut Aller en bas
 
Protéines et Santé de Reins
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Protéines et Santé de Reins
» Les protéines végétales
» Quantité de protéines assimilables en un repas
» Quitte à polluer, je plie des protéines
» Conservation du muscle avec une diète en protéines

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
BSA SHOP: La Passion du BodyBuilding & de la Nutrition ! :: Discutons de la Nutrition... :: Protéines & Whey-
Sauter vers: